Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   
Blog de El Hadji Alioune DIENG pour la Promotion de la santé de la reproductions des adolescents & la lutte contre la toxicomanie 
Créez votre propre blog gratuitement! 

Les différentes formes de prostitution.

Posté par: El hadji Alioune DIENG| Mercredi 21 février, 2018 10:02  | Consulté 320 fois  |  0 Réactions  |   

Les différentes formes de prostitution.

 

d –c- Prostitution officielle :

        La prostitution est organisée au Sénégal par la loi n° 66-21 du 1er février 1966 relative à la lutte contre les maladies vénériennes et la prostitution. Le décret d’application de cette loi est le décret n° 69-612 du 20 mai 1969. A cet effet il a été établi un fichier sanitaire de la prostitution dans lequel figure les prostituées officiellement enregistrées et détentrice d’un carnet leur autorisant d’exercer librement la prostitution.

        Les seules motivations des autorités étaient liées à des préoccupations de santé publique. Il s’agissait de freiner la dissémination des IST. Le traitement est rendu obligatoire par la loi. Celle-ci avait pour but de sauvegarder la bonne santé de la prostituée, celle du client et celle de la population.

        Un échantillon 390 prostituées clandestines collectées en 9 mois à Dakar (institut d’hygiène sociale de Dakar) montre la répartition suivante selon le statut matrimonial :

* Les divorcées représentent 45% ;

* Les célibataires 36% ;

* Les couples monogames 7,4 % ;

* Les veuves 5,9 % ;

* Les couples polygames 5,1 %.

        Ceci explique certainement le nombre de femmes divorcées qui ont la charge des enfants et adoptent la prostitution comme moyen de survie.

d-d- La prostitution clandestine :

        Malgré les efforts consentis par l’état, la prostitution échappe au contrôle de ce dernier et prend un autre visage plus commun dans la mesure où les prostituées clandestines dans leur grande majorité appartiennent au lot de femmes qui se battent au quotidien pour survivre sans qu’aucun signe extérieur distinctif ne permette de les désigner comme telle. Monnayer ses charmes devient un moyen de s’assurer une survie. En effet, dans deux études récentes menées au Sénégal, les raisons économiques et la grande pauvreté entre « 90% à 95 % » ont été avancées aussi bien par les prostituées enregistrée que les prostituées clandestines pour justifier le recours à cette pratique.

d-e- La prostitution masculine :

        La prostitution masculine est très rarement évoquée dans les programmes de prévention du SIDA au Sénégal. Ce phénomène existe au Sénégal même s’il n’a jamais été tenu en compte dans les réponses nationales. Mais les signes de l’ampleur de la situation avec le tourisme sexuel doit attirer les autorités sur un tel phénomène. Par exemple, le cas des faux couples (les jeunes valides avec les vieilles touristes) qui se marient par intérêt selon le désire des uns et des autres.

d-f- La pratique bisexuelle :

         Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, au-delà de leurs risques individuels font courir des risques aux femmes avec lesquelles ils entretiennent des relations sexuelles. Cette pratique bisexuelle est le plus souvent motivée par le fait que l’homosexualité est peu tolérée dans la société sénégalaise. C’est pour cela que la plupart des hommes bisexuels fondent un foyer pour respecter les normes sociales afin de masquer leur préférence.      

        Les résultats de l’étude « proclan » :(clinique dermatologique IST d’institut d’hygiène sociale de Dakar) démontre les taux élevés chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ; car ils ont un taux élevé d’IST et un faible taux d’utilisation de préservatif.

       

d-e-Les différentes formes de prostitution :

        *« Les bucoliques » se trouvent en milieu rural exerçant leurs activités surtout dans les marchés hebdomadaires ;

        *« Les officières » : Gérantes de gargote, vendeuse de resto avec un personnel déguisé et menant des activités de bordel pour mieux attirer la clientèle (double face).

        *« Les carabels » : belles de nuit très classées qui fréquentent les hôtels de luxe.

        *« Les mustoneuses » : C’est une catégorie de prostitués qui guettent sur les terrasses des cafétérias et les bars, grands carrefours, routes ou ruelles des quartiers mal lotis, zones portuaires et industrielle et les aéroports (on les appelle les ambulantes).

        *«Les respectueuses» : femmes mariées et qui mènent des activités de racolage temporairement afin de compléter les manquants.

        *« Les amazones » : femmes aisées guettant au volant de leurs voitures les allures athlétiques pour des parties de plaisirs « subventionnées. »

        *« Le concubinage » : union officieuse temporaire fondée sur les intérêts et le désire des partenaires mais qui se termine toujours en queue de poisson.

       *« Le mbaraan » :Pratique qui consiste à avoir un homme qu’on n’aime pas assez tout en déployant des moyens et des procédés sous forme de ruses pour bénéficier de ses faveurs matérielles et financières avec ou sans contrepartie sexuelle. Cette pratique amène les femmes dans une dynamique de relations sexuelles motivées par des besoins de diverses natures. Le multi partenariat hétérosexuel qui prend de plus en plus d’ampleur dans la société constitue un facteur de risque majeur, dans la mesure où l’étude menée sur les malades hospitalisés à l’hôpital de FANN aux services des maladies infectieuses de 1986 à 1997, démontre que cette pratique est à l’origine de l’infection par le virus du sida dans 73,5 % de cas.

        *« Le mbaxal » : jeunes filles ou jeunes femmes qui ont perdu leur virginité ou sexuellement ac-tives, célibataires âgées de 18 à 25 ans adoptent des comportements sexuels dits “mbaxal” pour satisfaire des besoins sociaux. Il s’agit pour elles d’avoir un partenaire régulier auquel elles sont liées sentimentalement à côté d’autres partenaires qui assurent des prestations matérielles, financières et sexuelles. Généralement, la générosité de ses partenaires est étendue aux membres de la famille qui approuvent le système dont ils tirent bénéfice. Dans cette pratique où la femme semble définir les règles du jeu en se plaçant au cœur de la rivalité masculine est beaucoup plus à l’aise pour demander le port du préservatif au motif de se prémunir contre une éventuelle grossesse.

 

 

 

 

 

 L'auteur  alioune dieng
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: SRA, Protitution
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alioune dieng
Blog crée le 20/06/2016 Visité 11154 fois 24 Articles 20 Commentaires 1 Abonnés

Posts recents
les vertus du beurre de karité
Quand porter un string peut être source de danger pour les filles
loi anti-tabac du Sénégal
Les adolescents sénégalais face au tabac
13 bienfaits surprenants de l’aïl ou \"lathe\" en wolof
Commentaires recents
Les plus populaires
Quelques bienfaits du basilic ou « ngoune-ngoune » en wolof.
Vertus de la Citronnelle
les vertus du beurre de karité
Vertus de la menthe ou « nana » en wolof.
Les bienfaits du thé à la menthe. (ataya ake nana)