Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   
Blog de El Hadji Alioune DIENG pour la Promotion de la santé de la reproductions des adolescents & la lutte contre la toxicomanie 
Créez votre propre blog gratuitement! 

Les infections sexuellement transmissibles. (IST)

Posté par: El hadji Alioune DIENG| Vendredi 16 février, 2018 13:02  | Consulté 284 fois  |  0 Réactions  |   
Les infections sexuellement transmissibles :

Les infections sexuellement transmissibles [IST], anciennement maladies sexuellement transmissibles (MST), sont contractées le pus souvent lors de contacts sexuels non protégés avec une personne infectée.

En dehors des rapports sexuels, on peut les contracter par :

La voie sanguine ; Manque d’hygiène corporelle et/ou vestimentaire ; Usage abusif de produits aphrodisiaques, de bains vaginaux, de médicaments antibiotiques ; La grossesse.

6-1- Aperçu historique :

Jadis appelées maladies vénériennes (de Vénus, déesse romaine de l’Amour) et considérées comme des « maladies honteuses », les infections sexuellement transmissibles étaient, entre le xve siècle et la première moitié du xxe siècle, principalement représentées par la syphilis et la blennorragie — deux maladies d’ailleurs souvent associées —, très répandues. À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’usage de la pénicilline (le premier antibiotique), les fait considérablement reculer. Cependant, les années 1970 marquent une recrudescence de ces deux maladies, ainsi qu’une augmentation des cas d’herpès génital et d’infections à chlamydia et à papillomavirus. Du point de vue épidémiologique, l’augmentation du nombre de cas d’IST dans les années 1970 correspond à la libération sexuelle (voir histoire de la sexualité) et à l’apparition de la pilule (voir contraception), qui, si elle prévient les grossesses non désirées, n’offre aucune protection contre la transmission des germes pathogènes, contrairement au préservatif.

L’émergence, au cours des années 1980, de la pandémie de sida encourage l’utilisation du préservatif, unique mode de prévention contre cette maladie, ce qui conduit, dans un premier temps, à une diminution de l’incidence des autres IST. Cependant, une baisse de vigilance à l’égard du sida (accompagnée d’une moindre utilisation du préservatif), constatée par les organismes de surveillance épidémiologique dès la fin des années 1990, entraîne non seulement un risque élevé d’explosion de la pandémie de sida, mais également une recrudescence, déjà constatée, des IST « classiques ». Ainsi la syphilis est, depuis le début des années 2000, une maladie ré-émergente dans les pays développés.

6-2- Les types d’IST :

Les agents pathogènes sexuellement transmissibles les plus courants sont d’origine bactérienne, virale ou parasitaire. On trouvera ci-après une liste des infections les plus courantes.

6-2-1- Infections bactériennes courantes :

*Neisseria gonorrhoeae (responsable de la gonorrhée ou de l’infection à gonocoque);

*Chlamydia trachomatis (responsable des infections à Chlamydia);

*Treponema pallidum (responsable de la syphilis);

*Haemophilus ducreyi (responsable du chancre mou);

*Klebsiella granulomatis (responsable du granulome inguinal ou donovanose).

6-2-2- Infections virales courantes :

*Virus de l’immunodéficience humaine (responsable du sida);

*Virus Herpes  (responsable de l’herpès génital);

*Papillomavirus humain (responsable de condylomes acuminés, certains sous-types pouvant entraîner un cancer du col de l’utérus);

*Virus de l’hépatite B (responsable de l’hépatite et, pour les cas chroniques, de cancers hépatiques);

 

6-2-3- Organismes parasitaires :

 

*Trichomonas vaginalis (responsable de la trichomonase vaginale);

*Candida albicans (responsable de la vulvo-vaginite chez la femme; de la balanoposthite chez l’homme).

 

6-3- Manifestations cliniques :

6-3-1- Ulcérations :

Les IST qui se manifestent par une ulcération sont :

Chancre mou ; Maladie de Nicholas-Favre ; Herpès génital ; Syphilis.

 

6-3-2- Écoulement :

Les IST qui se manifestent par un écoulement urétral, vaginal ou cervical sont dues :

Neisseria gonorrhoeae ; Chlamydia trachomatis ; Trichomonas vaginal ; Gardnerella vaginalis ; Certains mycoplasmes.

 

Plus de 11 types de Condylomes visibles (Pénis, vulve, scrotum, périnée, peau péri anale cervicaux.

6-3-4-- IST asymptomatiques :

Certaines infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques. Ainsi. Jusqu’à 70% des femmes et une grande proportion des hommes atteints de gonococcie et/ou de chlamydiose ne présentent aucun symptôme. Symptomatiques ou asymptomatiques, ces infections peuvent entraîner de graves complications.

 

             6-4- IST curables et incurables :

         Les IST bactériennes et parasitaires sont curables. Elles se soignent à la suite d’un traitement adéquat, pris à temps.

          D’autres comme pour la plupart des IST virales n’ont pas encore un traitement qui les soigne définitivement.

6-5- les facteurs de risque :

Les principaux facteurs de risques retrouvés étant :

  Un âge jeune ; la tranche d’âge 15-45 ans étant la plus concernée ; les adolescents apparaissent particulièrement vulnérables (immaturité, précocité de la puberté, manque d’informations) ; 

  Le sexe féminin, à la fois pour des raisons biologiques et socioculturelles ; 

  Certains facteurs socio-économiques comme les flux migratoires (pour des raisons économiques ou politiques), la désintégration du tissu social, d’une façon plus générale la pauvreté ; 

  Les professionnelles du sexe (PS) apparaissent particulièrement exposées.

6-6- Les signes évocateurs d’une IST :

Pertes vaginales anormales, de couleur jaunâtre, verdâtre ou marrons et qui ne sent pas bon ;

Ecoulement pénien

Saignement vaginal anormal et/ou abondant en dehors des règles

Saignement après les rapports sexuels

Miction fréquente

Difficultés pour uriner

Brûlure ou douleur pendant la miction

Douleur pelvienne (douleur en bas du nombril)

Testicules enflés et/ou douloureux

Démangeaisons ou fourmillements dans la région génitale

Vésicules ou plaies sur les organes génitaux, l'anus ou les zones environnantes

Verrues ou bosses sur les organes génitaux, l'anus ou les zones environnantes

Mycoses vaginales persistantes

Jaunissement des yeux et de la peau (ictère)

Tâches marrons ou grisâtre sur la paume et/la plante des pieds

Plaies au niveau de la bouche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6-7- Conséquences d’une IST mal ou non soignée :


* infertilité masculine et féminine;

* impuissance;

* frigidité;

 * mutilation irréversible du sexe (voire même l'amputation du pénis);

* troubles nerveux et cardiovasculaires;

* perte de la vue;

* paralysie des membres (bras et jambes);

* rapports sexuels douloureux;

* une infection associée au papillomavirus humain peut conduire à un cancer de l’appareil génital, et en particulier du col de l’utérus ;

 

 * dermatoses;

* chute des cheveux;

 * exposition accrue au VIH;

 * le coût du traitement;

* le manque à gagner consécutif au nombre de jours non travaillés;

* complications pouvant causer une septicémie (infection généralisée du corps) et au bout, la mort. 

Ce qu'il faut faire face à une IST :


* se faire consulter par un personnel qualifié au moindre signe;

 * le ou les partenaires doivent aussi se faire traiter pour éviter de se contaminer de nouveau;

 * avoir une hygiène vestimentaire et corporelle;

 * éviter l'automédication;

 * suivre le traitement jusqu'au bout.

6-9- Corrélation entre IST et SIDA :

En l’absence de traitement, une infection provoquant ou non une ulcération peut multiplier par dix le risque de contraction et à VIH. La lutte contre de transmission de l’infection à VIH. Il est donc important de traiter immédiatement les IST pour réduire le risque d’infection les IST joue un rôle important dans la prévention de l’infection à VIH chez les sujets très exposés ainsi que dans la population en général.

                                                                                     

6-9- Prévention:


* l’abstinence sexuelle;

 * éviter les rapports sexuels non protégés, surtout avec les partenaires occasionnels;

 * avoir une bonne hygiène corporelle et vestimentaire;

 * éviter l'usage abusif de bains vaginaux, de produits aphrodisiaques et de médicaments antibiotiques;

  * éviter les expositions au sang;

 * respect des visites prénatales et du bilan sanguin;

 * mener des séances de sensibilisation pour apporter la bonne information au niveau de la base.

 

 

 

 

 

 L'auteur  alioune dieng
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
alioune dieng
Blog crée le 20/06/2016 Visité 13854 fois 24 Articles 59 Commentaires 1 Abonnés

Posts recents
les vertus du beurre de karité
Quand porter un string peut être source de danger pour les filles
loi anti-tabac du Sénégal
Les adolescents sénégalais face au tabac
13 bienfaits surprenants de l’aïl ou \"lathe\" en wolof
Commentaires recents
Les plus populaires
Quelques bienfaits du basilic ou « ngoune-ngoune » en wolof.
Vertus de la menthe ou « nana » en wolof.
Les bienfaits du Clou de Girofle ou « khorome polé » en wolof
Les bienfaits du thé à la menthe. (ataya ake nana)
Les différentes formes de prostitution.